le corps du Christ ressuscité n’est pas réel !

Si les morts ressuscitent, leurs corps seront identiques à celui du Christ ressuscité avec toutefois une qualité inférieure. Mais néanmoins, le corps ne sera pas réel. A ce sujet le Credo mentionne : « je crois en la résurrection de la chair ». La voie christique éclaire .. Le corps de résurrection du Christ n’est ni transformé ni charnel. Le corps du ressuscité n’est pas réel.

Croyez-vous en la résurrection de la chair ? A moins d’avoir des convictions profondes qui ne laissent aucune place au doute, comment pourrait-on croire un fait que l’on ne parvient pas à se représenter et qui n’a jamais été expliqué même par l’Église catholique ?

Hormis la Foi qui anime l’Église chrétienne, celle-ci n’a jamais identifié le corps de résurrection de Jésus excepté à travers une croyance aveugle qui l’a porte depuis des siècles à croire à une résurrection charnelle.

Or, la résurrection de Jésus ne concerne nullement le corps charnel, mais plus particulièrement le corps astral. On ne peut pas dire que la résurrection se limite au corps astral, d’autres étapes procèderaient si résurrection il y a justement. Voici ce qu’il faut comprendre.

A la mort, la condition naturelle de l’esprit désincarné dépendra d’abord de son corps astral. C’est normal, du fait du détachement de la matière formant le corps physique sur un plan terrestre. Sur un plan astral, l’esprit se retrouvera chez lui en quelque sorte, d’appartenance à ce monde ambiant. On pourrait dire, l’esprit sera corps et formera corps avec ce monde fluidique et aérien en même temps. C’est à dire, l’esprit qui est à différencier de la chair et de l’intellect sera indissociable d’un corps fluidique, le sien. A proprement parler, le plan « astral » n’a rien à voir avec un plan astronomique. C’est un état semblable à la nature de l’esprit. Les nihilistes, les athées auront néanmoins une bonne surprise.

Par la voie christique, Jésus est passé dans le monde astral, il a ouvert un chemin. Saint-Jean : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » Il n’est pas vain de méditer le sens. Le Christ est passé par la mort, c’est le premier terme : le chemin. Il débute durant la vie et s’ensuit au-delà de la mort.

Ouvrons une brèche ou bien demeurons dans l’obscurantisme des siècles passés. Il n’y a pas trente six solutions pour entrevoir et envisager le corps de résurrection ou le corps Glorieux .

Pour en savoir plus comme saint-Thomas ..

Le corps Glorieux

Page suivante :

Autobiographie

Publicités